Officiellement introduit au début du Xxème siècle (officialisé en 1922 par l’association française et internationale de radiesthésie). Le mot radiesthésie créé en 1890 par l’abbé Bouly et par l’ébbé Bayard provient du latin radius (rayon) et du grec aisthésis (sensibilité).

C’est donc l’aptitude à détecter à détecter des rayonnements grâce au développement de sa sensibilité.

L’acte radiesthésiste va consister à trouver le moyen de matérialiser, parfois à l’aide d’outils comme le pendule, ce que sa sensibilité a perçu.

Certaines personnes vont fonctionner au seul ressenti. La perception de sa sensibilité est une démarche délicate à cause sa nature. Notre être étant en perpétuel échange avec le milieu extérieur, il va falloir trouver le moyen de surveiller ce qui va sortir de notre esprit.

C’est un parcours intéressant, mais il y a de nombreuses occasions de se tromper dans la radiesthésie.

Un des grands intérêt de la radiesthésie est qu’elle permet de mettre en évidence des événements produits dans le passé, le présent et même le futur.

Ces événements cachés de nos cinq sens, le radiesthésiste peut les révéler en s’accordant sur la fréquence des ondes émises par les êtres vivants et les objets via son sixième sens.

 

LE PENDULE

Il s’agit d’un objet de 5 à 40 grammes suspendu à un fil tendu. C’est l’outil utilisé en radiesthésie et c’est grâce à cet objet que l’on peut interpréter les informations.

En principe il est couplé à une planche de test qui va permettre d’indiquer de façon claire les réponses aux questions posées.

La radiesthésie permet, au niveau thérapeutique, d’établir des bilans de santé physique, énergétique et psychique avec des planches de tests adaptées.

Si vous souhaitez avoir plus de précisions ou d’éclaircissements, n’hésitez pas à m’écrire sur ma page contact et je vous répondrais avec plaisir via ma rubrique foire aux questions.